Histoire de vie 2

Histoire de vie 1 a tracé une ligne directrice vers l’élaboration de trois séries sous les titres Histoire de vie 2 (2007-2011), Histoire de vie 3 (2007-2012) et Fragments de vie, Égypte (2014-2016). Cet onglet est dédié à la présentation de la série Histoire de vie 2 et sa monographie portant le même titre.


Matrice de la série Histoire de vie 2, 2007 – Diamètre: 91 cm – Collage à l’aveugle sur toile.
Monographie de la série Histoire de vie 2, 2011

Dans la continuité de la série Histoire de vie 1 de 2006, le processus de création de la série Histoire de vie 2 de 2007 comprend une étape préparatoire et trois Passages (1: Abstraction, 2: Observation, 3: Figuration). Ce premier volet du processus créatif se rapportent à l’œuvre picturale. En 2010, j’ai ajouté pour les séries Histoire de vie 2 et Histoire de vie 3 un deuxième volet qui se rapporte à l’œuvre écrite dans des relations de complémentarité. Le Passage 4 – Parole de l’œuvre picturale est expliqué vers la fin de cette page. À titre d’exemple, l’explication de ce dernier passage est complétée par un extrait de la monographie Histoire de vie 2.

IMG._

Étape préparatoire

Tondo

Pour entreprendre cette nouvelle série, j’ai créé une matrice personnalisée sur une toile ronde de 91 cm de diamètre. Le tableau circulaire, fréquent dès la Renaissance, porte le nom de tondo (tondi au pluriel). Ce mot italien signifie « rond ». Dans Histoire de vie 2 et dans Histoire de vie 3, le tondo symbolise le cercle dont le circuit fermé protège l’intimité et la nature secrète des objets figuratifs exposés.

Tondo arrière et tondo devant – Dans les séries Histoire de vie 2 et Histoire de vie 3, la face arrière du tondo a une importance sur le plan symbolique. Je vous invite à regarder la prochaine image qui illustre, en trois photos juxtaposées, la préparation de la toile. 1) La première photo montre que la toile agrafée et le châssis sont peints en noir formant un cadre circulaire et significatif. Ce cadre met en lumière la toile blanche du support arrière, créant ainsi une sphère blanche et symbolique. Le blanc sphérique symbolise la conscience et la vie. 2) La deuxième photo montre la couche de fond qui a été réalisée par une peinture gestuelle à l’acrylique de couleurs significatives. 3) La troisième photo montre la couche de fond que j’ai finalisée par des ajouts de glacis dans les tons de terre de Sienne. Aujourd’hui, ce fond n’est plus visible, puisqu’il est entièrement recouvert de fragments de papier constituant la matrice. Cependant, ayant pris des photographies de toutes les étapes successives de création, j’ai choisi le fond de ce tondo pour créer le logo de L’œuvre de passage de ce site.

IMG_

Tondo arrière et tondo devant – Étape préparatoire au Passage 1- Histoire de vie 2, 2007 – Logo de L’œuvre de passage

Matrice

En guise de préparation à la création d’une matrice personnalisée sur un tondo de 91 cm de diamètre, j’ai procédé à une collecte de matériaux significatifs tels que des portraits de moi et de mes parents, de mes tantes, oncles et grands-parents, ainsi qu’une affiche des Palmier des Jacobins (Toulouse, France) importante pour moi sur le plan symbolique. Afin d’approfondir ma recherche basée sur un dialogue entre le moi (conscient) et le tableau (inconscient), les matériaux sélectionnés proviennent d’un passé plus lointain que ceux que j’avais choisis pour créer la série Histoire de vie 1. En 2007, je présumais que reculer dans le temps me permettrait peut-être de creuser plus loin les profondeurs de l’inconscient humain. Suivant le processus de création propre à L’œuvre de passage, les documents sélectionnés ont été rassemblés et photocopiés pour l’élaboration de la matrice créée à l’aveugle.

Processus de création : de l’abstraction à la figuration

Dans la continuité de la série Histoire de vie 1 de 2006, j’ai respecté intégralement le processus de création de l’œuvre picturale composé de trois Passages. En guise de rappel, je vous propose de cliquer sur l’onglet Histoire de vie 1 afin de revoir les aspects particuliers de chacun des passages sous les titres :

Passage 1 – Abstraction

Passage 2 – Observation

Passage 3 – Figuration

Grâce au processus de création ; un passage de l’abstraction à la figuration, la matrice Histoire de vie 2 a donné naissance à 17 tondi de 91 cm de diamètre chacun. Par le dialogue entre le moi (conscient) et le tableau (inconscient), les objets figuratifs en interaction ont créé 6 thèmes significatifs sous la forme de deux polyptiques (total: 8 tondi), de deux triptyques (total: 6 tondi), d’un diptyque et d’un tableau unique. Je vous invite maintenant à observer les œuvres de cette grande série.

IMG_


Triptyque triangulaire Passé voyageur 1 de la série Histoire de vie 2, 2007-2011 – 180 x 200 cm – Acrylique sur toile

IMG_


Polyptyque horizontal Passé voyageur 2 de la série Histoire de vie 2, 2007-2011 – 91 x 400 cm – Acrylique sur toile

IMG_


Polyptyque horizontal Oiseaux porteurs de messages de la série histoire de vie 2, 2007-2011 – 91 x 400 cm – Acrylique sur toile

IMG_



Reine et Roi de la série Histoire de vie 2, 2007-2011 – 91 x 91 cm – Acrylique sur toile

IMG_

IMG_



Diptyque Reliance de la série Histoire de vie 2, 2007-2011 – 91 x 200 cm – Acrylique sur toile

IMG_

IMG_


Triptyque triangulaire Portrait rouge de la série Histoire de vie 2, 2007-2011 – 180 x 200 cm – Acrylique sur toile

IMG_

Passage 4 – Parole de l’œuvre picturale

Au début de l’année 2010, j’aspirais à prendre conscience du sens que contenait la série de 17 tondi provenant d’un seul tableau : la matrice. Dans cette voie artistique, je tenais à ce que l’écriture donne la parole de manière significative aux objets figuratifs rendus visibles par la peinture. Pour ce faire, j’ai enregistré les phrases et les mots qui me venaient naturellement à l’esprit en dialoguant intimement avec chacune des œuvres que j’avais exposée sur un mur blanc et dépouillé. Le verbatim, réalisé en deux temps distincts pour chacun des tondi, a été transcrit et résumé. Par la suite, des questions sur le sens ont émergé des objets figuratifs que je percevais comme des personnages porteurs de leur propre histoire inédite. Dans la monographie Histoire de vie 2, je tente de décrire l’univers secret et réel de chacun des personnages en me basant sur les résonances picturales afin de répondre à des questions sur l’existence enfouie. Dans ce processus d’écriture intériorisé, les résonances picturales s’expriment par des mots sur la page dans des relations de complémentarité. Le Passage 4 – Parole de l’œuvre picturale permet ainsi d’ouvrir sur le sens et sur des voies de symbolisation. Il permet aussi de communiquer mon œuvre aux autres.

IMG_

Extrait de la monographie Histoire de vie 2

Alexandrie – Tondo 4 du polyptyque Passé voyageur 2, p. 31.

Dans ce cosmos interne, deux femmes se font face dans l’espace noir. Buste et miroir. À l’avant-plan, mon visage est de profil. Mon cou et l’amorce de mon dos, arrondis à la base, rappellent le buste. Buste antique.  Ma coiffure surélevée et structurée est composée de nombreux fragments d’une même histoire. Fragments de bois, pierre, marbre, cassures, désagrégations, fracas, désastre. Au-dessus de ma tête, les vestiges d’un bâtiment, dans des tons de terre à sable, retiennent mon attention. Que reste-t-il du château ancestral ou de la structure de nature médiévale ? Cette ruine témoigne d’une perte considérable. À la place de mes yeux, il y a un carré noir. En m’imprégnant des résonances picturales de ce buste, je pense à Alexandrie. Mais il est difficile de situer le lieu et l’époque. À l’extrême gauche, un miroir ovale révèle l’existence d’une femme provenant d’une culture différente. Le portrait immémorial renvoie à l’Europe. Costume de velours, peinture ou vieux miroir. Cette empreinte de mon histoire de vie exprime un mal-être. Je me gratte la tête, ne sachant pas. C’est l’incompréhension ou l’ignorance qui cause le malaise. Trouble dans le noir. Émotive, au centre du miroir, je ne vois pas Alexandrie qui me regarde.

Y a-t-il un lien entre ces deux femmes ou empreintes de ton histoire se faisant face ? Oui, certainement. Alexandrie regarde une autre femme dans le miroir, mais à la place de ses yeux, il y a un carré noir. Manque dans le regard. L’environnement et les vêtements de la dame au miroir sont aussi noirs. Ces deux femmes sont en interaction et reliées par le noir. La noirceur ouvre des espaces de communication entre elles où insuffisance, conscience et impuissance se côtoient. En réalité, Alexandrie observe l’autre femme qui est elle-même dans le dévoilement intime et énigmatique du miroir. Les époques et les lieux sont indéfinissables, et un manque obscur les sépare. Le noir symbolise l’impénétrabilité de deux vies qui témoignent dans ce cosmos interne et de nature vaste.

Ton cosmos interne est de nature vaste. Pourquoi ? Ce que je vois à la surface de la toile n’est qu’une parcelle de ce que je porte en moi. Dans l’obscurité de mon être, plusieurs empreintes naviguent dans l’espace. Le noir cosmique est une demeure habitée. Ma démarche artistique est de révéler, sur la toile, des empreintes qui me concernent. Il est impossible de les voir sans entrer dans mon processus de création pictural structuré en trois phases distinctes. Cette recherche, par le biais de la picturalité, dépend du Processus de création, de l’abstraction à la figuration, décrit au début de cet ouvrage.  

Dans ce tondo, le buste au regard noir fait face à la noirceur énigmatique du miroir. L’existence semble en lien avec des époques d’antan et des continents. Le noir symbolise l’impénétrabilité de l’existence reliée aux profondeurs obscures de l’histoire.

Lise Fradet, 2010